Images interdites

Par

Alors que le Festival de Cannes vient de boucler son édition 2019, deux auteurs, un sociologue et un philosophe, s’intéressent à la liberté d’expression et à ses possibles limites, à l’aune du traitement réservé à certaines images de cinéma, notamment pornographiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Deux livres récents enquêtent, l’un sociologiquement, l’autre philosophiquement, sur les limites qu’une société peut accepter à la liberté d’expression en matière d’images, notamment pornographiques. Dans Interdire de voir. Sexe, violence et liberté d’expression au cinéma (Fayard), le sociologue Arnaud Esquerre cherche à comprendre la manière dont l’État classe les films et entend contrôler l’âge du public autorisé à les voir. Avec Images défendues. La liberté d’expression face à la pornographie (Classiques Garnier), le philosophe Denis Ramond bat en brèche l’opposition canonique censée opposer les approches de la liberté d’expression de part et d’autre de l’Atlantique.