«Un peuple et son Roi»: Pierre Schœller et les chaleurs de l’Histoire

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un peuple et son Roi est un drôle de film. Très beau à certains endroits, il l’est nettement moins à d’autres. À d’autres encore, il frôle le ratage. Pierre Schœller raconte ce qui s’est joué entre la prise de la Bastille et – spoiler alert – la mort de Louis XVI. Filmant la Révolution après tant d’autres, de Jean Renoir à Sofia Coppola, de l’immortelle Marseillaise à la tarte Marie-Antoinette, le cinéaste a voulu saluer l’espoir et le désir de liberté qui se sont alors emparés du peuple français. Il l’a fait en pensant à hier, mais aussi en pensant à aujourd’hui. Aux étourdis, le carton annonçant « cette insurrection qui vient » l’indique avec une transparence un tantinet forcée.