Hélène Gaudy réveille la mémoire des explorateurs disparus

Par Pierre Benetti (En attendant Nadeau)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est après sa déportation au camp de Terezin que l’auteur tchèque Hans Günther Adler écrivit que « tout plonge dans un monde sans rivage, qui ne tolère aucune définition et face auquel, comme beaucoup lont déjà dit, toute affirmation est une solitude, une île ». En dépit de son titre et de cette phrase en exergue, le sixième roman d’Hélène Gaudy ne reprend pas directement l’enquête d’Une île, une forteresse (Inculte, 2016) sur la déportation.