La crise de la réplicabilité

Certaines sciences sociales et bio-médicales sont confrontées, depuis vingt ans, à l’impossibilité de répliquer les expériences sur lesquelles se fondait jusque-là leur notoriété. Pour préoccupante qu’elle soit, cette défaillance offre l’occasion de réviser en profondeur leur méthode scientifique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les sciences sociales et bio-médicales connaissent actuellement une des crises les plus importantes de leur histoire. Depuis le début des années 2000, et tout particulièrement depuis 2011, il est devenu de plus en plus visible que de nombreuses expériences, aussi bien en psychologie qu’en économie ou en études animales, ne sont pas réplicables et ne correspondent pas à une véritable connaissance scientifique. De façon de plus en plus importante, les méthodes actuellement employées dans ces disciplines sont critiquées pour leur manque de rigueur, et un nombre croissant de chercheurs appellent à un renouvellement radical des pratiques scientifiques dans ces domaines.