«Judas» d'Amos Oz, une histoire de traîtres

Par Norbert Czarny (En attendant Nadeau)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’époque, la ville est coupée en deux. De temps à autre, par ennui plus que par hostilité, un soldat jordanien ouvre le feu sur la zone tampon, parsemée de barbelés qui divisent la cité de David. L’ennui et le silence règnent ; la pluie tombe par intermittences sur des façades portant encore les « stigmates » de la guerre d’Indépendance en 1948.