L’activiste américaine Sarah Schulman s'en prend à la «gentrification politique» des homosexuels

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Gentrification des esprits, ouvrage écrit par Sarah Schulman en 2013 et traduit aujourd’hui par les éditions B42, a perdu, en passant d’une langue à l’autre, son sous-titre : Témoin d’un imaginaire perdu. Il décrit pourtant bien le motif de la colère intacte de cette figure de l’activisme LGBT+ : la perte de ce qui faisait le New York des années 1980, pendant les années sida.