Quand la musique sert l’émancipation des immigrés et de leurs enfants

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Félicitation pour cette série si précieuse et si vraie ! Mais les "musiques maghrébines de l'immigration" ne sont qu'une des parties d'une oeuvre plus vaste encore : n'oublions pas les chansons des Antilles, elles aussi des chants de lutte et d'espoir, les musiques africaines qui ont rythmées nos nuits agités et nos petits matins Evidemment, Rachida El Azzouzi avait parlé des "voix de luttes" "Par les damnées de la terre" réunies par Rocé, mais aussi Mobilisation générale ! (avec une part assez réduite de musiques maghrébine et africaije, c'est vrai !) Et il existe des tas de compilations plus ou moins bien foutues : la derniére que j'ai écouté était 

CHANSONS D'EXILS D'AFRIQUE DU NORD  paru en 2014 

Perso je trouve que la langue arabe et la musique sont faites pour chanter la tendresse et les émotions. J'adore en tout cas. À noter qu'il m'arrive souvent de confondre musique berbère et musique bretonne. Sans doute les instruments à hanche, genre bombarde...

https://m.youtube.com/watch?v=PbkogJ_hcRI/ MUSIQUE BERBERO-CELTIC DE KABYLIE - MEDITATION DEPAYSEMENT EN ALGERIE

Très bonne idée cette série. 
Que de souvenir pour un enfant de l’immigration Maghrébine !
Je me souviens de mes parents sur leur 31 pour aller voir à la Mutualité Rabah Driassa et Noura. Je ne sais plus si c’était organisé par L’Amicale des Algériens en Europe.

Dans les années 70, ma soeur nous a fait découvrir Nass el Ghiwane et Jil Jilala, c’était une révolution musicale et pour la première fois une dimension Maghrébine  !

Dans les années 70 toujours, J’ai découvert Mazouni quand mon frère a ouvert son café et installé un Juke box (en même temps d’ailleurs que le sex machine de James Brown). Je me souviens que c’était les pochettes et les titres des 45 tours de Mazouni qui m’intriguaient.

Il est dommage qu’il n’y ait pas un mot sur Ahmed Wahbi, chanteur magnifique et véritable trait d’union avec la musique Égyptienne.

Encore merci pour cette emission, entendre Noura m’a fait monter les larmes aux yeux, en me rappelant le souvenir de ma mère adorée dont c’était la chanteuse préférée.

Noura el hnina !

Excellente émission merci à toutes les 3.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous