Le datajournalisme est le nouveau punk

Les données sont disponibles, les outils aussi, et chacun peut s'en saisir sans connaissances préalables. Clairement, les promesses du Do It Yourself et la volonté de bouleverser l'ordre établi qui avaient enfanté le mouvement punk dans la musique sont toujours présents dans le datajournalisme, plaide Simon Rogers.

A lire dans le Guardian

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les données sont disponibles, les outils aussi, et chacun peut s'en saisir sans connaissances préalables. Clairement, les promesses du Do It Yourself et la volonté de bouleverser l'ordre établi qui avaient enfanté le mouvement punk dans la musique sont toujours présents dans le datajournalisme, plaide Simon Rogers.