Taiye Selasi, une saga « afropolitaine »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Certains premiers romans laissent immédiatement entendre une voix singulière : Le Ravissement des innocents est de ceux-là. Il est signé par une jeune auteure dont la vie pourrait constituer à elle seule un récit. Née à Londres d’une mère nigériane et d’un père ghanéen, Taiye Selasi grandit aux États-Unis et vit désormais en Europe après avoir parcouru le monde. Elle écrit en anglais, seule langue à pouvoir rassembler ces racines multiples puisqu’elle est parlée en Angleterre comme dans l’Afrique anglophone, aux États-Unis comme en Inde, autant de pays dans lesquels la jeune femme a vécu ou qu'elle a traversés. Et la prose du Ravissement des innocents est, selon les termes mêmes de son auteur, héritière de ces croisements, à l’image d’un roman inclassable, poétique et fragmenté, brossant la saga d’une famille à partir de trois journées suivant un deuil.