Jean Echenoz dans la foulée d'Emil Zatopek

Par

Après avoir inventé un genre avec Ravel, l'écrivain Jean Echenoz propose avec Courir une nouvelle pseudobiographie, comme une «vie imaginaire» d'Emil Zatopek, athlète historique. Diaporama sonore.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec Ravel, Jean Echenoz avait surpris. Après neuf romans, il délaissait un genre qu'il avait malmené et régénéré pour s'en tailler un nouveau sur mesure : la pseudobiographie. De la vie de Ravel, Maurice, il avait choisi de ne retenir que les dix dernières années, 1927-1937, pour composer une fiction sous contrainte qui lui offrait aussi l'occasion d'éclairer avec minutie la genèse d'une modernité musicale et littéraire dans laquelle il entend s'inscrire.