Sorj Chalandon donne l'extrême-onction littéraire à son traître

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La littérature n'est pas un porte-voix mais une confidence cryptée. Elle suppose que l'écrivain et son lecteur se dépouillent de leurs œillères mentales. La littérature caresse à rebrousse-poil: au diable les idées reçues, les conceptions politiques, les manières de voir! Aimer un roman, c'est souvent être traître à soi-même tant on fait un pas vers autrui, quel qu'il soit.