Culture-Idées Entretien

Gary Shteyngart, interview en Absurdistan

L’auteur de Super triste histoire d’amour dit passer « 90 jours par an à voyager pour supplier à genoux les lecteurs d’acheter et lire ses livres ». Il était donc normal de rencontrer le roi de la dérision loufoque Gary Shteyngart en France, pour qu’il nous en dise davantage sur l’Amérique.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© 
PDF

Rencontrer Gary Shteyngart n'est jamais triste, preuve en est notre premier entretien avec lui, en janvier dernier, au moment de la parution de Super triste histoire d'amour. Pour cet écrivain américain d'origine russe, le décalage ironique est une terre d'exil, en témoignent les titres de ses romans : The Russian Debutante's Handbook (Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes Russes), Absurdistan, Super Sad True Love Story, tous traduits aux éditions de l'Olivier.

Gary Shteyngart observe le réel avec un pas de côté, celui de la dérision loufoque, pour survivre dans un monde impossible : c'est l'Amérique devenue dictature dans son dernier roman, l'invention de l'Absurdistan, pays fictif colonisé par les compagnies pétrolières américaines, ou de Prava, capitale imaginaire d'Europe de l'Est dans le Traité de savoir-vivre. Sa prose caustique refuse les faux-semblants et sonde autant nos histoires quotidiennes que le destin du monde. Une manière de corriger l'histoire, écrit-il.

Cet engagement se retrouve dans les textes et photographies que Gary Shteyngart publie régulièrement sur sa page Facebook ou son compte twitter (@shteyngart). Ses abonnés y suivent un laboratoire d'écriture, un auteur invité partout dans le monde, un homme qui s'amuse de tout par peur d'en pleurer. Nous avons donc demandé à l'écrivain de commenter quelques-unes de ses “publications” récentes sur les réseaux sociaux, pour une interview Appärät chic – l'äppärät étant ce smartphone omniprésent et omniscient qui enregistre tout, sait tout de vous, évalue et communique vos niveaux de crédit (en termes de ¥uanabilité et de baisabilité) : l'un des objets qu'invente le futur de Super triste histoire d'amour.

La forme de cet entretien n'est absurde qu'au sens shteyngartien du terme. L'écrivain s'est plié de bonne grâce à l'exercice. Il évoque son mouton gallois, des cochons madrilènes, son chien Félix mais aussi un nécessaire programme de rapatriement des écrivains américains en France, son prochain roman, les blurbs, les séries télé, Obama et la chance (pour les satiristes) que constituerait l'élection de Mitt Romney.

Pour accéder au sous-titrage en français de l'entretien, cliquez sur l'onglet de la vidéo “Subtitles" et choisir FR :

© Mediapart
  • Gary Shteyngart, Super Sad True Love Story (2010) — Super triste histoire d'amour, traduit de l'anglais (États-Unis) par Stéphane Roques, Éditions de l'Olivier, 410 p., 24 €.
  • The Russian Debutante’s Handbook (2002) — Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes russes, traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Brunet et Michelle Herpe-Voslinsky, L’Olivier, 2005 & Points, 2006, 480 p., 7 € 60.
  • Absurdistan (2006) — Editions de l’Olivier, traduit de l’anglais (États-Unis) par Stéphane Roques, 413 p., 2008, 20 € 90 & Points, 7 € 60.
© 

Le tweet par lequel l'écrivain a salué America avant de repartir à New York :

© 

Et sur le site du New York Times, le récit de son vol retour, odyssée rocambolesque, “Absurdistan Airlines flight 121 to New York now ready for boarding. Or, maybe not”.


9 commentaires

À la Une de Mediapart

Violences sexuelles — Enquête
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux
À l’air libre
Élections étudiantes : le débat
Alors que les élections du Crous ont lieu du 6 au 10 décembre, quatre des principales organisations étudiantes débattent dans « À l’air libre » sur les sujets essentiels pour près de 3 millions d’étudiants en France : précarité, logement, alimentation... Sur notre plateau, Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, Jacques Smith, président de l’UNI, Paul Mayaux, président de la FAGE, et Naïm Shili, secrétaire national de L’Alternative.    
par à l’air libre
Outre-mer — Entretien
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Justice — Enquête
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne