1940-1945: Léon Blum au supplice, des documents inédits

Par

Ces encouragements du chansonnier Montéhus (1872-1952) datent du Front populaire («Vas-y Léon, faut qu'Marianne ait raison»). Quatre ans plus tard, Léon Blum (1872-1950) était victime de la serre nazie. Arrêté en septembre 1940, il ne sera libéré, de justesse, qu'à la fin d'avril 1945. Dans un livre qui sort aujourd'hui, «Je vous promets de revenir», Dominique Missika, s'appuyant sur des lettres inédites, retrace le calvaire d'un grand esprit traité en pestiféré durant toute l'Occupation. Une étonnante leçon de droiture et d'espoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.