Les rêves éclopés de Lutz Bassmann

Par

Avec Manuela Draeger et Antoine Volodine, ses amis du courant post-exotique, Lutz Bassmann s'est fixé comme objectif raisonnable de gagner l'ensemble des prix littéraires. Chacun publie un livre, mais seul Antoine Volodine parlera au nom des trois auteurs. Après avoir déjà évoqué celui de Manuela Draeger, il présente ici le livre de Lutz Bassmann, Les aigles puent. Entretien vidéo et extrait.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme Manuela Draeger, Lutz Bassmann ne peut pas parler seul de ses livres. Il les écrit, avec l'aide de ses camarades du post-exotisme, mais pour en parler, il a besoin d'un porte-parole, l'écrivain Antoine Volodine. A l'instar de tous les textes du collectif post-exotiques, ou plus précisément post-exotiste anarcho-fantastique, ce roman de Lutz Bassmann, Les aigles puent, résulte d'un travail de groupe, même s'il a été in fine achevé par la voix de Bassmann. On y trouve un survivant, Gordon Koum. Irradié, il va mourir, après tous les autres. Au cœur de sa ville anéantie, il se met à raconter de petites histoires même s'il n'y a plus personne pour l'écouter.