Littérature: donnez-nous des nouvelles ! 2/2

Par

L’Américaine Lydia Davis, que l’on n’ose qualifier de « révélation » tant elle est connue et admirée hors Hexagone, l’Espagnole Berta Marsé, sur la thématique de l’échec, le Suisse Peter Stamm au bord d’un lac de belle profondeur, l’Autrichien Clemens J. Stez, un choc : minimalistes, narratifs, drôles ou noirs, ces quatre-là ont le talent en partage. Et une belle cruauté, souvent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  Ce qu'elle savait, Lydia Davis, traduit de l'anglais par Évelyne Gauthier, 176 pages, éditions Phébus, 15€.