Dans «M Train», Patti Smith en voyage introspectif

Par


Dans M Train, son deuxième livre autobiographique, la chanteuse et poète évoque tout haut ses réflexions sur le passage du temps, la perte des êtres chers, et la difficulté de « continuer à vivre longtemps après eux ».
Un récit mélancolique et méditatif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 « Ce n'est pas si facile d'écrire sur rien », répète une voix off dans les rêves de Patti Smith. « Je suis certaine que je pourrais écrire indéfiniment sur rien. Si seulement je n’avais rien à dire », lui rétorque la chanteuse new-yorkaise aux premières pages de M TrainIcône punk-rock, héritière de la beat generation, artiste militante, Patti Smith a toujours eu des choses à dire. Quatorze albums depuis 1975, une dizaine de livres et de recueils de poèmes et un engagement politique chevillé au corps. Son opposition à la guerre au Viêtnam, puis à celle en Irak, à la politique de George W. Bush, à Guantanamo, aux frappes israéliennes au Liban ou à Gaza. Son engagement pour la cause climatique en marge de la COP21, pour le contrôle des armes aux États-Unis, son soutien au Green Party américain, sa défense des Pussy Riot, son hommage à Edward Snowden ou tout récemment à Julian Assange.