Gauguin: colon ou révolutionnaire?

Par

La revue Ballast revient sur ce qu’elle décrit comme une « bien ancienne polémique ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Impossible de parler de Gauguin en gardant son sang-froid, observa l’un de ses contemporains : il suscite l’amour ou l’aversion. La sortie en salles d’un film à sa mémoire – dont il ne sera pas question ici – a ravivé une polémique déjà fort bien connue des initiés : si l’artiste est bien le génie que l’on sait, l’homme n’est pas le héros que l’on dit ; pis, il aurait tout du salaud, à la fois pédophile et colonialiste. Si la première accusation ne saurait faire l’objet d’un débat (Gauguin fut le premier à revendiquer de très jeunes partenaires), comment entendre que Daniel Guérin, essayiste et militant marxiste libertaire et farouche anti-impérialiste, ait pu, comme tant d’autres, brosser le portrait d’un peintre « anticlérical, anticolonialiste, pacifiste, antimilitariste, anti-versaillais, chantre de l’amour libre et de l’émancipation féminine » ? Approchons-nous.