«Je suis le destructeur des mondes»: «Oppenheimer», une réincarnation romanesque

Par

Oppenheimer, le père de la bombe atomique, se prenait pour Shiva. Il était temps d’en faire un personnage de fiction. Mais Oppenheimer, premier roman d’Aaron Tucker, fait plus : d’une promesse de mort universelle il fait jaillir la pulsation de la vie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a des livres qu’on découvre comme on tombe amoureux. On s’y sent bien, on étire ses membres au long des pages, on se love dans le récit. Pire : on ne voit pas pourquoi on ferait autre chose que de s’y ébattre ; on n’a qu’une hâte, abandonner les tâches du quotidien pour retourner lire. Ça s’appelle une rencontre, et c’est aussi inattendu et saisissant qu’un coup de foudre.