Une famille d’origine algérienne entre dans l’histoire de France

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rien n’est plus difficile que d’écrire sur la banalité. Qu’apporter de nouveau sur une famille d’immigrés algériens en France, eu égard à l’abondance de la littérature sur le sujet ? Le sociologue Stéphane Beaud s’y est risqué avec La France des Belhoumi, sous-titrée Portraits de famille (1977-2017. Dans cette monographie sociologique, qui emprunte la forme d’un récit vivant, il ambitionne de livrer un éclairage différent sur les familles issues de l’immigration post-coloniale. Ou de confirmer ce que s’échine à dire celle que l’on baptise la deuxième, troisième ou quatrième génération sur « son intégration » voire son assimilation en France. Oui, ces enfants sont français, sans conditions, et oui, ils assument leurs contradictions et leur double culture.