L'Afrique fantôme de Marie Darrieussecq

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment dynamiter discours convenus, croyances sans nuances et idées reçues sinon par la fiction ? Tel pourrait être le sujet d’Il faut beaucoup aimer les hommes, au-delà de son histoire simple : une femme aime un homme, elle est blanche, il est noir. Dès l’entrée en scène de ces adjectifs, blanc, noir, le roman n’est plus dans le seul récit, il se mesure aux lieux communs.