Julia Cagé démonte une démocratie privatisée

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La démocratie, c’est à qui paie gagne. » Cette formule de l’économiste Julia Cagé ne s’applique pas seulement, comme on le croit souvent, à l’élection présidentielle états-unienne ou à la ville de Corbeil-Essonnes, chère à Serge Dassault. Elle concerne l’ensemble des pays démocratiques, comme elle le démontre dans son consistant ouvrage, Le Prix de la démocratie (Fayard), fondé sur un panorama international.