Les ambivalences du combat des pieds-noirs

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« À lire une certaine presse, il semblerait vraiment que l'Algérie soit peuplée d'un million de colons à cravache et à cigare, montés sur Cadillac », écrivait Albert Camus dans L'Express le 21 octobre 1955. Les sept années de guerre qui ont suivi n'ont fait que renforcer l'incompréhension mutuelle entre les Français d'Algérie et leurs compatriotes de métropole. Les hommages publics à l'OAS sur le littoral méditerranéen montrent qu'elle a persisté jusqu'à nos jours : indécents et scandaleux pour l'immense majorité, justes et mérités pour une fraction influente des pieds-noirs. Pour comprendre les origines de ce fossé d'incompréhension, il faut se pencher sur l'histoire dramatique de la fin de l'Algérie française, qui suscita chez une part importante et sans doute majoritaire des rapatriés un sentiment viscéral d'abandon par la France et ses gouvernements successifs, sentiment qui les conduisit à soutenir massivement l'OAS. (Voir un extrait de journal télévisé, sur le site de l'Ina.)