Pinocchio, conte défait

Par

Foisonnant, désespéré, généreux, déjanté, cynique, drôle et extrême, le Pinocchio de Winshluss paru en novembre 2008 chez Les Requins Marteaux. De l’œuvre de Carlo Collodi, il a fait un conte désabusé et très peu féerique. Jusqu’au 7 avril, Pinocchio s’expose à la galerie Vallois à Paris. Rencontre avec un auteur en colère et son galeriste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Winshluss n’avait jamais imaginé voir son travail accroché dans une galerie d’art contemporain. Il refusait a priori cette démarche, et s’amusait même, lors de précédentes expositions de son éditeur, les Requins Marteaux, à les « détourner pour en faire autre chose ». C’est le livre qui intéresse Vincent Paronnaud (son vrai nom), dessinateur, plasticien, réalisateur de longs métrages… Plus précisément, le rapport au livre, à l’objet fini. Il confesse même ne pas s’attacher plus que cela à ses travaux préparatoires, aux esquisses, aux planches.