L’art: ce qui reste à la Palestine quand elle a tout perdu

Par et Armel Baudet

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

S'ouvre enfin au public, du 15 septembre au 20 décembre 2020, à l’Institut du monde arabe (IMA), dans le Ve arrondissement de Paris, l'exposition, « Couleurs du monde », initialement prévue le 18 mars mais reportée pour cause de confinement. Cette ostension artistique et politique présente une préfiguration du futur musée d’art moderne et contemporain de la Palestine. Ses collections, constituées de dons d’artistes solidaires, sont abritées par l’IMA, qui a su faire preuve d'une solidarité sans faille.