Un nouveau souffle de la poésie allemande avec Kunze, Sebald

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’est guère étonnant qu’en 1975, dans un entretien qu’ils menèrent en commun, Reiner Kunze et W.G. Sebald en soient venus à s’interroger sur l’acte de résistance dans l’art, en essayant de cerner comment et à quel moment il pouvait se manifester. La réponse de Sebald, citée par Ben Hutchinson dans le numéro spécial de la revue Europe qui lui est consacré, est édifiante en regard de l’histoire allemande : « S’il y a un moment propice à la résistance ? Partout où l’art met mal à l’aise. »