Quand la littérature s’attaque aux prophètes du futur

Par

Le transhumanisme est ce courant de pensée qui promet d’améliorer l’homme par la technologie dans un avenir proche. Deux romans, L’Invention des corps, de Pierre Ducrozet, et Zero K, de Don DeLillo, recourent à la fiction, l’art des possibles, pour s’attaquer à ceux qui s’érigent en oracles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Brad Pitt devrait acheter les droits de L’Invention des corps. Et sans tarder, car l’adaptation au cinéma de ce livre paraît inéluctable – même si cela suppose de composer une grammaire visuelle qui rende compte de la structure diffractée du roman. Qu’on y songe : un héros bigger than life – terriblement beau et sauvage – réchappe de la mort et des expériences menées par un redoutable magnat pour découvrir l’amour et triompher des puissants. Ainsi résumée, l’histoire semble une bluette sentimentale. Mais on a bien le droit d’aimer les bluettes, qui ne font pas toujours de la mauvaise littérature – ou du mauvais cinéma. L’intrigue la plus éculée reste un bon véhicule si elle parvient à aimanter une matière assez riche pour que l’on ait envie d’y croire.