Les leçons de Bruno Latour

Le philosophe Bruno Latour est mort la nuit dernière. Et cette disparition a de quoi affecter l’ensemble des terrestres.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La dernière fois que nous avions croisé le chemin de Bruno Latour, pendant l’entre-deux-tours de la dernière élection présidentielle, dans son appartement de la rue Danton à Paris, il avait un air crépusculaire : la faute, conjoncturellement, au score médiocre du candidat écologiste qu’il avait soutenu et, plus structurellement, aux conséquences d’un cancer multirécidiviste qui l’avait annoncé à l’article de la mort depuis plusieurs années déjà et, sans doute aussi, aux inquiétudes planétaires dont son œuvre était traversée depuis longtemps.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal