A Grandola, ce sont les Espirito Santo qui commandaient

Par

Dans la chanson de Zeca Afonso, Grandola Vila Morena, qui donna le signal de la révolution portugaise de 1974, cette ville de l’Alentejo « rouge » est celle où le « peuple commande ». Pas toujours. La famille Espirito Santo, dont l’empire s’est effondré, y fait depuis longtemps ses affaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Grândola, vila morena