Le Qatar passe outre la justice et rachète le Printemps

Par

Alors qu’un jugement sur la procédure de cession du Printemps doit intervenir le 8 août, le Qatar n'a pas jugé utile d’attendre la décision de justice : il a conclu l’acquisition définitive du Printemps le 31 juillet. Le gouvernement n’a pas bougé. Mais le procureur de Paris a, lui, ouvert une enquête confiée à la brigade financière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme si de rien n’était, le Qatar et la direction du Printemps poursuivent leur politique du fait accompli. Mercredi 31 juillet, le PDG du groupe, Paolo De Cesare, a annoncé dans un court communiqué aux cadres dirigeants que la holding luxembourgeoise de façade du Qatar, Divine Investments, venait d’acquérir les 70 % détenus par RREEF, le fonds d’investissement géré par la Deutsche Bank. « L’arrivée d’un nouvel actionnaire, qui privilégie des investissements patrimoniaux à long terme, est une chance pour le Printemps, et permettra de nous affirmer comme l’un des plus beaux grands magasins dans le monde. Je compte sur vous pour écrire ensemble un nouveau chapitre de l’histoire du Printemps », écrit, lyrique, le PDG.