Rivaud: à la recherche de l'héritage perdu

Par
Depuis plus de dix ans, Micheline de Rivaud, fille d'un des quatre fondateurs du groupe, tente de retrouver une partie de l'héritage de son père. Sa quête l'a amenée à faire de curieuses découvertes: des comptes en Suisse à son nom dont elle ignorait l'existence, des biens cachés. Le tout pour le profit de ses cousins, Jean de Beaumont et Edouard de Ribes, et de sa sœur Claude, mariée un moment avec le secrétaire général de la banque Rivaud. Le tribunal de Paris a jugé que les faits étaient prescrits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La cause semble presque désespérée. Depuis 1996, Micheline de Rivaud, fille du comte René de Rivaud et cousine de Jean de Beaumont, cherche à retrouver une partie de l'héritage de son père, un des quatre fondateurs du groupe, décédé en 1971. A l'époque, la part de son père est officiellement estimée à 2,4 millions de francs et Micheline en reçoit sa quote-part, 803.000 francs.