En brandissant leur statut, Macron tend un piège aux cheminots

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment sortir du piège tendu par le gouvernement ? À la sortie de la première réunion avec la secrétaire d’État chargée des transports, le 1er mars, les quatre principaux syndicats de la SNCF – CGT cheminots, CFDT cheminots, Unsa ferroviaire et Sud-Rail –, reçus un par un, faisaient tous le même constat : la négociation avec le gouvernement sur l’avenir de la SNCF et, plus largement, du transport ferroviaire s’annonce de façade. « Nous ne sommes pas du tout rassurés », déclarait le secrétaire général de la CGT cheminots, Laurent Brun, à la sortie de sa rencontre avec Élisabeth Borne, annonçant que son syndicat allait participer aux réunions « sans beaucoup d’illusions ».