Nike, Adidas: sponsoring en hausse et salaires toujours plus bas

À l'approche de l'Euro 2016, Basta ! et Alternatives économiques se penchent sur les dépenses publicitaires et de sponsoring croissantes des grandes marques d’habillement sportif, alors que les salaires versés par leurs sous-traitants en Asie restent à des niveaux très bas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les salaires des ouvriers qui confectionnent les maillots et les chaussures Nike ou Adidas en Asie, versés par des sous-traitants, n'augmentent pas en dépit des bénéfices colossaux réalisés par ces marques. Les équipementiers veulent même quitter la Chine, où le coût du travail augmente, pour nouer des partenariats plus avantageux au Vietnam ou en Indonésie. Pourtant, ces mêmes marques ont publiquement vanté leur responsabilité sociale, évoquant « l’importance de respecter et de promouvoir les droits humains » et « les préoccupations salariales des travailleurs ».