Sarkozy impose le nouvel agenda social

Par
Le chef de l'Etat recevait hier les partenaires sociaux à l'Elysée pour un «bilan d'étape» des mesures prises contre la crise. Aucune mesure nouvelle n'a été annoncée. En revanche, il fut encore une fois question du «grand emprunt» qui apparaît de plus en plus comme un moyen de diversion face aux urgences sociales pointées par les syndicats. Une commission d'experts internationaux, une de plus, va être nommée. Plus que jamais, Nicolas Sarkozy dirige la partition du jeu social. Les syndicats se réunissent lundi à l'abri des caméras pour tenter de dépasser leurs divergences. Objectif : rester unis à la rentrée... Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les syndicats étaient venus parler de la crise sociale. Il serait faux de dire qu'ils n'ont pas été écoutés ou que la crise a été oubliée. Mais elle est passée largement au second rang. L'exclusive préoccupation du moment, c'est le dernier accessoire de la panoplie Sarkozy : le fameux grand emprunt, annoncé lors du discours aux parlementaires réunis à Versailles.