Sarkozy impose le nouvel agenda social

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les syndicats étaient venus parler de la crise sociale. Il serait faux de dire qu'ils n'ont pas été écoutés ou que la crise a été oubliée. Mais elle est passée largement au second rang. L'exclusive préoccupation du moment, c'est le dernier accessoire de la panoplie Sarkozy : le fameux grand emprunt, annoncé lors du discours aux parlementaires réunis à Versailles.