Accident mortel dans une usine: la justice épargne encore ArcelorMittal

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’infraction commise par ArcelorMittal peut être qualifiée « d’homicide involontaire », telle est la conclusion du procès-verbal de l’inspecteur du travail, suite au décès d’un intérimaire, tombé en juillet 2015 dans une rigole de fonte en fusion à 1 500 degrés, dans l’usine de Dunkerque.