Le Libra de Facebook pourrait saper les pouvoirs de la BCE, selon Mersch

Par
Une large acceptation de la cryptomonnaie Libra projetée par Facebook pourrait aller jusqu'à ébranler la capacité de la Banque centrale européenne (BCE) à mener à bien sa politique monétaire, créant un risque potentiel pour l'euro, a dit lundi Yves Mersch, l'un des membres du directoire de l'institution.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

FRANCFORT (Reuters) - Une large acceptation de la cryptomonnaie Libra projetée par Facebook pourrait aller jusqu'à ébranler la capacité de la Banque centrale européenne (BCE) à mener à bien sa politique monétaire, créant un risque potentiel pour l'euro, a dit lundi Yves Mersch, l'un des membres du directoire de l'institution.