L’aéroport de Toulouse barbote toujours dans un climat de scandale

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB) baigne toujours dans un climat de scandales à répétition. Cela a commencé voici un an, quand Emmanuel Macron, a décidé de privatiser l’exploitation de la société publique au profit d’investisseurs chinois. Et cela se poursuit depuis, sans cesse, avec des nouvelles en provenant de Chine révélant l’étendue des scandales de corruption dans lesquels sont impliqués ces mêmes oligarques adoubés par le ministre de l’économie.