Un nouveau scandale éclabousse la banque Natixis

Par

Le 18 décembre 2018, Natixis révélait la perte de 259 millions d’euros sur les marchés en Corée. Selon un lanceur d’alerte, la banque, bien qu’avertie, aurait pris des risques inconsidérés pour maximiser ses profits et un délit d’initié aurait pu être commis. Les autorités de contrôle ont ouvert des enquêtes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après les innombrables scandales qui ont émaillé ces dernières années la vie tourmentée de la banque Natixis, et sur lesquels Mediapart a fait de très nombreuses révélations, on aurait pu penser que la filiale du groupe BPCE allait s’appliquer à être irréprochable et à ne plus être le théâtre d’une quelconque nouvelle irrégularité. Cette vigilance était d’autant plus attendue que la banque d’investissement a fait l’objet, le 25 juillet 2017, d’une sanction de 35 millions d’euros par l’Autorité des marchés financiers (AMF), pour de très graves irrégularités commises par l’une de ses filiales, Natixis Asset Management, rebaptisée depuis Natixis Investment Managers International. Même si par une décision prise le 6 novembre dernier, le Conseil d’État a abaissé la sanction, la ramenant à 20 millions, cette pénalité est historique. De quoi remettre un établissement financier dans le droit chemin.