GM, Ford et Toyota étudient des règles pour les voitures autonomes

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Le gâteau a l'air tellement appétissant que les constructeurs automobiles se jettent tête baissée dans une technologie fortement risquée du point de vue de la sécurité routière. Admettons qu'une voiture dite autonome puisse gérer tous les aléas de circulation, qu'en est-il des usagers qui utilisent encore leur cerveau, leurs yeux, leurs mains et leurs pieds pour contrôler leurs véhicules ? La cohabitation risque d'être problématique. Y aura-t-il une période de transition, à supposer que l'application sur nos routes de la technologie des voitures autonomes devienne réalité, ou la conduite "humaine" sera-t-elle purement et simplement interdite ? On peut voir pas mal d'avantages à retirer la responsabilité de la conduite d'un véhicule à un être humain vu le risque qu'il peut représenter à certains moments (fatigue, inattention, conduite sous influence, comportements agressifs et dangereux) mais, on l' a encore récemment constaté avec divers accidents (quid des "incidents" non médiatisés ou divulgués), confier sa vie à une machine est également problématique. En cas d'accident dû à la machine ou à son "intelligence" artificielle, qui va indemniser la ou les victimes ?  Le constructeur, l'informaticien responsable du programme, l'assureur, voire la puissance publique s'il y a eu vice de construction des ouvrages et voies de circulation ? En cas de contestation y aura-t-il également un "jugement" rendu par un juge à l'intelligence artificielle ? A partir du moment

où la machine domine l'être humain pour tous les aspects de sa vie quotidienne, quel est encore le sel de la vie si nous devenons des assistés technologiques permanents, et ensuite assistés tout court, à la merci des totalitarismes?

 

 

C’est vrai ! Mais impossible de résister à l’évolution qui amène du confort... Il faudrait qu’on puisse débrayer le robot à tout moment pour reprendre le contrôle...

C'est une imposture, un nouveau mensonge, de la propagande bernaysienne, de celle qui faisait vendre du tabac aux femmes...

CES TAS DE FERRAILLE N'ONT RIEN D'AUTONOME ni d'"écologique":

- elles ne pourront fonctionner que collées aux tétines des centrales nucléaires et hyper-branchées sur des serveurs informatiques qui consomment déjà dix pour cent de l'énergie mondiale,

- elles transporteront toujours le même abruti seul dans sa bagnole, alors que la seule solution est système de transport + transports en commun + co-voiturage, dont évidemment les constructeurs ne veulent pas car c'est la seule façon de diviser le nombre d'engins par trois ou quatre,

- elles sont très coûteuses en ressources à fabriquer puis entretenir, etc

- au moment même où il est impératif de réduire le pillage et les gaspillages.

Ces bagnoles sont un nouveau détournement du Bien commun par l'abruti umpsfnlrem. Un crime.

https://reporterre.net/La-voiture-autonome-Une-catastrophe-ecologique

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale