Comment la crise s’est invitée au lycée: paroles de profs

Par
C'est l'un des paradoxes de l'année 2008. D'un côté, une crise d'une violence jamais vue depuis 1929, qui aiguise la curiosité des citoyens pour la chose économique. De l'autre, des menaces répétées de disparition de l'enseignement des sciences économiques et sociales (SES) au lycée – qui ne se sont finalement pas concrétisées. Comment ce grand écart a-t-il été vécu dans les classes pendant des mois? Comment raconter un séisme financier aussi complexe à des élèves de 15 ans? Comment enseigner une matière qui risque de disparaître? Trois profs de «SES» prennent la parole.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment s'y prend-on pour expliquer la crise économique à des lycéens de 15 ou 16 ans? Comment faire la chronique d'un séisme aussi complexe, qui fait appel à des notions de droit immobilier américain, de finance internationale et de politique monétaire, tout en respectant le suivi méticuleux des programmes du lycée? Dans beaucoup d'établissements, les cours de sciences économiques et sociales (SES), en option dès la seconde, se sont fait rattraper par la crise.