Les syndicats haussent le ton contre Matignon

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La deuxième année du quinquennat Macron risque fort d’être aussi mouvementée sur le front social que la première, si l’on se fie à l’ambiance électrique de la rentrée. Tandis que le président glosait au Danemark sur le peuple « gaulois » réfractaire au changement, s’attirant un tir nourri côté syndical, son premier ministre mettait sur la table le menu des réformes à venir, et il s’annonce copieux. La croissance prévue faisant défaut, le gouvernement assume de tailler dans les dépenses sociales et de durcir les règles encadrant l’assurance-chômage, avant de s’attaquer à la réforme des retraites. Le tout devant être bouclé d’ici à la fin du premier semestre 2019.