Comme un air de révolte à la pointe des Ardennes

Par

Le 28 octobre, le président de la République est venu y parler emploi. Il y a deux ans, en pleine campagne électorale, c'est là que Nicolas Sarkozy avait lancé son fameux slogan, «travailler plus pour gagner plus». Deux ans et une crise plus tard, les Ardennes attendent toujours les lendemains qui chantent. A Givet, le chômage fait rage. Gascogne Laminates, le deuxième employeur privé de la ville, va fermer ses portes. Cinquante emplois seront supprimés. Les salariés font grève depuis vingt jours. Reportage. Texte et photos: Mathieu Magnaudeix.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mardi 28 octobre, quand Nicolas Sarkozy est venu parler emploi dans les Ardennes, les ouvriers en lutte de Gascogne Laminates, avaient bien l'intention de lui dire deux mots. Rethel, la ville où le chef de l'Etat a prononcé son discours, n'est qu'à une centaine de kilomètres de Givet. Ils ont tenté de l'approcher mais le président s'est éclipsé. Ils n'ont eu droit qu'à une collaboratrice du ministre du travail, Xavier Bertrand. Elle leur a conseillé de ne pas faire grève, de continuer à travailler, malgré tout...