Opel: Angela Merkel entartée par General Motors

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Politiquement, c'est l'équivalent d'un entartage. Pour utiliser une expression anglaise, il y a aujourd'hui des œufs sur nombre de visages en Allemagne, à commencer par celui d'Angela Merkel, après la décision «surprise» du conseil d'administration de General Motors de ne plus vendre Opel à l'équipementier canadien Magna International, adossé à la banque d'Etat russe Sberbank.