Les banquiers suisses ont le blues, la transparence leur est imposée

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Genève, de notre correspondante.-  Que deviennent-ils et quelles sont leurs préoccupations et angoisses du moment ? Pour la quatrième année consécutive, une flopée de banquiers, d’intermédiaires financiers et d’avocats suisses, mais également de représentants de l’administration fédérale et de la justice helvétique, se sont réunis durant deux jours à Genève, jeudi 1er décembre et vendredi 2 décembre, pour plancher sur l’avenir de la profession. Sous l’intitulé « Transparence fiscale, toujours plus. Secret bancaire, toujours moins » [1], l’exercice ressemble de plus en plus à une psychothérapie de groupe au cours de laquelle les acteurs de la place financière libèrent leur parole et font le bilan des reculades successives.