Wendel ou l'art de rémunérer le risque

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aux prises avec le fisc, le groupe Wendel aimerait enterrer ses frasques passées dans la plus grande discrétion. Ses espoirs risquent cependant d'être déçus. Au fil des recherches et des explorations, de nouveaux faits émergent sur cette folle période du groupe, où le démon de l'argent paraît avoir saisi l'équipe dirigeante. Sous la houlette de Jean-Bernard Lafonta, alors président du directoire de Wendel, les montages les plus divers ont été imaginés pour favoriser un enrichissement rapide des dirigeants et de son président, Ernest-Antoine Seillière.