Economie

Crise de la dette: l'exemple de l'Equateur peut-il servir en Europe?

En 2008, l'Equateur a suspendu le paiement de près de 40% de sa dette vis-à-vis de l'étranger. Une déflagration qui a redonné de l'oxygène à ce pays lourdement endetté tout au long des années 2000. A Athènes, Dublin et Lisbonne, le scénario équatorien donne des idées... Il sera même au cœur des débats d'un sommet social, qui s'ouvre le 6 mai à Athènes.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Les partisans d'un «audit» pour dégonfler les dettes en Europe donnent de la voix. Des syndicats, ONG et économistes se réunissent à Athènes pour affûter leurs arguments, à partir de vendredi 6 mai et pour trois jours, un an, presque jour pour jour, après le «sauvetage» de la Grèce par le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission européenne. Puisque la dette publique de la Grèce ou de l'Irlande est trop volumineuse pour pouvoir être remboursée en intégralité, estiment-ils en substance, mieux vaut s'en défaire d'une partie dès à présent. Quitte à ignorer l'avis des marchés financiers. Quitte à ce que Bruxelles se fâche. Quitte à ce que la Grèce ou l'Irlande abandonnent l'euro.
«Le gouvernement socialiste continue de faire comme si la Grèce allait rembourser cette dette pendant les 25 prochaines années. Mais personne n'y croit plus, et c'est désormais aux Grecs d'imposer le défaut de leur dette», avance Costas Lapavitsas, un économiste grec, professeur à la SOAS (School of oriental and african studies), à Londres, qui interviendra durant le sommet. Comment s'y prendre, pour provoquer ce défaut? «Il faut former une commission, qui intègre des représentants de la société civile et des syndicats, afin de décider quelles tranches de dette sont susceptibles d'être remboursées, et quelles autres tranches on peut oublier.»

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec
Financement de la vie politique — Enquête
Macron 2017 : l’enquête interdite
Un service du ministère de l’intérieur a alerté, en 2019, sur des prestations de sécurité pendant la campagne présidentielle « vraisemblablement réalisées dans des conditions illégales ». L’affaire, potentiellement embarrassante pour l’Élysée, a été enterrée. Nos révélations.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Blanquer, l’école à la renverse — Reportage
Grève à l’école : « Nous sommes au point de rupture »
Des dizaines de milliers de personnes dans les rues, une forte proportion de grévistes, et une mobilisation qualifiée d’« historique » par ses organisateurs. Jeudi, les personnels des écoles, collèges et lycées ont exprimé leur « ras-le-bol » de Jean-Michel Blanquer.
par Lucie Delaporte, Dan Israel, Khedidja Zerouali et Manuel Sanson

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik