Une économiste française de la BCE attise la polémique

Par

Directrice générale adjointe pour la politique monétaire, l’économiste Natacha Valla n’a pas attendu d’avoir quitté son poste pour annoncer qu’elle allait siéger au conseil d’administration du géant du luxe LVMH, et au conseil consultatif de Tikehau Capital. Ce qui relance la controverse sur les « revolving doors ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le prolongement de la crise financière de la fin des années 2000, un grand débat éthique avait agité la communauté des économistes sur la consanguinité qu’acceptaient beaucoup d’entre eux entre leur activité et le monde de la finance ou des affaires. Aux États-Unis, c’est le documentaire Inside Job, réalisé par Charles Ferguson, qui lui avait donné un très large écho. En France, plusieurs publications, dont celles de l’économiste Jean Gadrey ou encore mon essai sur Les Imposteurs de l’économie (Don Quichotte) avaient aussi contribué à donner de la force à cette controverse autour des économistes au service de la finance.