Après le Brexit, les banques italiennes menacent de s’effondrer

Par

Déjà très mal en point, le système bancaire italien risque l'écroulement. Les cours des principaux établissements ont perdu 30 % en une semaine. Le premier ministre italien, Matteo Renzi, cherche par tous les moyens à les renflouer, quitte à contourner les règles européennes, alors que l’UE tergiverse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Certains y ont vu sur le moment une habileté politique, une façon de tirer profit du tumulte ambiant. Dès le lundi 27 juin, alors que l’Europe était au bord de la crise de nerfs après le Brexit, le premier ministre italien, Matteo Renzi, annonçait son intention d’apporter 40 milliards d’euros d’argent public pour renflouer les banques italiennes. Les circonstances exceptionnelles créées par le référendum britannique justifiaient que le gouvernement italien mette entre parenthèses les règles communes européennes sur le sauvetage bancaire, expliquaient alors en aparté des conseillers du gouvernement italien.