EDF vend sa filiale allemande sous pression politique

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un coup de tonnerre dans l'Europe de l'énergie. Au moment où Bruxelles veut pousser encore plus loin la libéralisation du marché de l'énergie, une partie de la classe politique allemande, jusqu'alors très en pointe dans la libéralisation, est en train de marquer un coup d'arrêt. Depuis quelques semaines, selon nos informations, les responsables politiques (CDU) du Land du Bade-Wurtemberg ont entamé des négociations secrètes avec EDF pour lui racheter sa participation dans EnBW, troisième groupe d'électricité allemand.