Économie

Attali: le suffrage universel, quelle perte de temps!

Jacques Attali a essayé de convaincre les membres de la Commission qui porte son nom de prendre position pour une «véritable union nationale» afin de poursuivre la politique d'austérité. Sans succès! La droite lui reproche d'agir sans mandat. Et François Hollande est embarrassé par ce compagnonnage.

Laurent Mauduit

6 décembre 2011 à 08h55

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

La Commission Attali tourne à la farce. Son président, Jacques Attali, a essayé ces derniers jours de forcer la main aux membres de la Commission qui porte son nom, connue aussi sous l'appellation de « Commission pour la libération de la croissance française », pour adopter un texte commun présentant l'avenir de l'Europe sous le jour le plus sombre possible et surtout invitant à la constitution d'une « véritable union nationale ». Mais cette volonté de priver le pays du débat démocratique de 2012 passe très mal auprès de nombreux membres de la Commission, de droite comme de gauche (très modérée). Ils ont fait savoir par avance qu'ils se désolidariseraient de cette initiative, si elle voyait finalement le jour. Jacques Attali devrait donc finalement y renoncer.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Médias — Enquête
Vincent Bolloré lorgne « Le Figaro »
Après avoir conquis Canal+, CNews, Europe 1, « Paris Match » ou encore « Le Journal du dimanche », Vincent Bolloré a engagé, d’après nos informations, des négociations pour prendre le contrôle du « Figaro ». Au risque de relancer les polémiques sur la concentration des médias au profit des puissances d’argent.
par Laurent Mauduit
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Dossier. Violences sexuelles : la justice en question — Enquête
Le Conseil d’État secoué par plusieurs affaires de violences sexuelles
L’institution a été confrontée à un magistrat accusé de propos et gestes déplacés. Elle doit se défendre d’avoir manqué à ses obligations d’employeur dans un autre cas, et promet un vaste plan de formation.
par Lénaïg Bredoux
Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français — Entretien
Nouvelle-Calédonie : « Une volonté de l’État de pousser à la violence »
Alors que l’État vient de confirmer la date du 12 décembre pour la tenue du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dont les indépendantistes avaient demandé le report en raison de la situation sanitaire, entretien avec Laurie Humuni, membre du bureau politique du FLNKS.
par Joseph Confavreux

Nos émissions